Comment choisir ses ventilateurs industriels pour une utilisation en usine ?

Vous êtes une industrie et souhaitez faire l’acquisition de ventilateurs industriels capable de renouveler efficacement l’air au sein de vos usines ? Ces turbomachines qui mettent en mouvement des fluides compressibles comme le gaz et l’air sont des merveilles de génie climatique de première nécessité. Si vous manquez de pratique dans le choix de vos premiers ventilateurs industriels, voici les indispensables.

S’intéresser aux catégories et modèles de ventilateurs industriels

Les ventilateurs industriels jouent deux principaux rôles : le renouvellement de l’air ambiant et l’évacuation continue de toute émanation nuisible comme peuvent l’être les odeurs, la fumée et les vapeurs. Tout l’intérêt réside néanmoins dans leur capacité de refroidissement.

En effet, quand toutes les machines industrielles tournent à plein régime, purifier l’air tout comme réguler la température des équipements est un indispensable. Avant de faire votre sélection chez un distributeur de ventilateurs industriels, vous devez noter qu’on distingue 2 catégories de ventilateurs. Il s’agit des ventilateurs hélicoïdaux et des ventilateurs centrifuges.

Aussi, deux autres raisons qui peuvent vous encourager à porter votre choix sur l’un ou l’autre de ces ventilateurs demeurent la capacité de circulation de l’air et le volume sonore. Ces 2 types de ventilateurs industriels sont configurés de diverses manières. En achat, vous découvriez des ventilateurs gainables, portables, à intégrer et pour armoire électrique.

Se pencher sur la technologie

Vous intéresser à la technologie embarquée par les différents ventilateurs industriels susmentionnés vous sera d’une grande utilité pour déterminer les modèles adéquats en termes de débit. De fait, selon que votre ventilateur est hélicoïdal ou centrifuge, la technologie sur laquelle il fonctionne diffère.

Les ventilateurs centrifuges sont de véritables mastodontes. Ils présentent une bonne capacité d’adaptation aux applications en circuits longs. Ils sont ainsi plus recommandés pour les applications à grosses pertes de charge. Les ventilateurs hélicoïdaux, eux, présentent des caractéristiques plus modestes. En réalité, bien qu’ils fournissent un grand débit, ils sont plutôt réservés à des applications à faibles pertes d’énergie, à savoir les circuits courts.

Ce n’est pas tout. Vous devez également vous intéresser au rapport entre le volume de gaz (ou d’air) et le niveau de pression. Certains fabricants mettent en évidence le débit sur le dispositif, mais pas eux tous. Dans ce cas, demandez une soumission auprès d’un distributeur. Pour en revenir au débit des ventilateurs, il est essentiellement fonction de ses caractéristiques et de la perte de charge du circuit.

Ventilateurs hélicoïdaux et ventilateurs centrifuges : lequel préférer ?

Ces deux catégories de ventilateurs présentent des atouts et limites qu’il convient de considérer avant de fixer un choix définitif.

Ventilateurs hélicoïdaux

Également désignés ventilateurs axiaux, les ventilateurs hélicoïdaux portent traditionnellement une hélice qui est mise en rotation sur son axe à l’aide d’un moteur. L’air est ainsi propulsé parallèlement à l’axe de rotation de l’hélice. Ces premiers modèles, bien qu’avec leur débit élevé, n’offrent pas une grande suppression.

Si vous disposez de circuit de faible longueur dans votre industriel, les ventilateurs hélicoïdaux seront néanmoins le meilleur choix. Ils offrent un rendement de 40 à 90 % et peuvent brasser l’air en grand volume et aérer vos pièces. Toutefois, bien que moins encombrants, ils sont très bruyants.

Ventilateurs centrifuges

Les ventilateurs centrifuges embarquent une roue à aubes et un moteur qui tourne dans le stator. Les ventilateurs centrifuges présentent des sous-catégories à savoir : les ventilateurs centrifuges à aubes inclinées vers l’avant et ceux à aubes inclinées vers l’arrière. Les ventilateurs de la première sous-catégorie sont munis d’une roue avec des aubes de 32 à 42 unités pour un rendement de 60 à 75 %. Ceux de la seconde sous-catégorie offrent un rendement de 75 à 85 %. Avec un avantage en termes de nuisance sonore (car silencieux), ils sont idéaux pour vos circuits longs, mais présentent la contrainte d’être encombrants.